Coralie Huckel dans son atelier de poterie en Estrie

Ce qui est essentiel pour moi

Au centre de ma démarche créative, la forme, sobriété et grâce. Un besoin d'équilibre que l'oeil et l'âme recherchent.

Une certaine vision du beau dans la quête de concordance entre texture, couleurs et forme.

Essentiel aussi dans mon processus créatif, la fabrication et la recherche d'étampes pour faire vivre l'argile; mes outils préférés: les éléments du monde végétal et minéral.

Et pour compléter le geste créatif, à la toute fin - après la recherche et l'application des émaux - l’ajout de touches d’or mat sur certaines pièces, puis cuisson de petit feu.

Coralie Huckel sur son tour de poterie dans son atelier en Estrie

Premières sources d'inspiration

Bien souvent les émerveillements de l’enfance sont à la source des réalisations artistiques de l’âge adulte.

Pour moi, le plaisir de la terre est né des pièces façonnées avec l’argile ramassée aux abords de la tuilerie voisine, dans mon village d’enfance en Alsace. Ces petits pots, séchés au soleil, puis peints avec toute ma ferveur enfantine, les visites dans le village potier voisin de Betschdorf, berceau du grès au sel en Alsace, l’admiration devant les faïences de Hannong ont déterminé ma passion pour la céramique.

Parcours

Ma carrière universitaire ne m’a pas éloignée du monde de l’art où j’ai toujours évolué, nourrie par les échanges continus avec Nathalie Rolland-Huckel, ma sœur, laqueure et dessinatrice pour de nombreuses manufactures de porcelaine, avec le peintre et graveur Aymery Rolland et avec d’autres amis artistes. Mes voyages aussi ont affermi ma passion, l’Asie en particulier est une source d’inspiration toujours renouvelée.

Ma connaissance de la terre, essentiellement autodidacte, a été renforcée par la pratique auprès de plusieurs professionnels, dont deux potiers québécois Jacques Benoit et André Leroux.

Au nombre de mes maitres figurent Lucie Rie, Hans Coper, Daniel de Montmolin, Vincent Potier, Matt Fiske, plusieurs céramistes coréens et japonais, qui tous rejoignent ma sensibilité esthétique.

Créer, un point c'est tout

Je n’ai pas toujours été céramiste professionnelle. J’ai mené de front mes deux passions pendant plusieurs années: enseigner la structure de la langue à des milliers d'étudiants et créer des pièces uniques, les mains dans l’argile.

C’est un besoin de retour à l’essentiel, à un rythme de vie plus naturel, un arrêt de la course effrénée, dicté par une exigence de l’âme et du corps qui m’ont décidée à me consacrer entièrement à la création.

Le corps a parlé dit-on souvent, enrichi de toute une expérience de vie, prenant toute la place, tout le temps pour créer, enfin.